41rA3kDl3QL__SX210_

 

Un paquebot dans les arbres

Valentine Goby

Actes Sud

 

Mathilde vit à la Roche sur Yon avec sa famille, son père qui tient un café, Le Balto, sa mère, sa grande soeur Annie et son petit frère Jacques. Le Balto est le point névralgique de la Roche. Il s'y passe toujours un évènement et les soirs de bal, Mathilde aime observer en cachette son père qui joue de l'harmonica et fait danser sa mère ou Annie. Elle, on ne la fait pas danser... "Mon petit gars" comme son père l'appelle n'a pas la grâce de sa soeur.

C'est le bonheur cette vie là, ils ne manquent de rien, un pain au chocolat tous les jours. Et puis, un jour, Paulot tombe malade. Il faut du temps pour que le nom de tuberculose soit prononcé, mais Paulot doit partir au "Sana". L'entourage commence à se méfier des "bacilles", la famille doit déménager, mais laisse derrière elle des traces de la maladie. Et puis, Odile, la mère, doit à son tour partir pour le sanatorium. Les enfants se retrouvent seuls. Annie part vivre avec son mari et Mathilde et Jacques sont séparés et placés en famille d'accueil. Tous les repères explosent, sans annonce, sans signes précurseurs et les impacts vont laisser des traces.

Annie, enceinte, refuse tout contact avec la maladie, Jacques encore petit ne donne que très peu de nouvelles et ses messages sont comme aseptisés. C'est Mathilde qui implose intérieurement et qui voudrait laisser éclater sa rage. Sa rage contre ce système qui pour protéger d'un côté, saccage de l'autre. Ne supportant pas la vie chez sa famille d'accueil, elle va partir vivre dans sa maison d'enfance sans argent sans rien, juste l'aide de quelques amis qui acceptent encore de l'approcher. Et surtout elle ne va jamais lâcher le lien qui la retient à sa famille: ses parents à qui elle rend visite tous les week ends même si parfois elle doit briser les interdits.

Ce roman incarne une force incroyable. Celle de cette jeune fille pugnace et d'une force de caractère époustouflante. Celle du lien familiale qui semble si solide et en même temps si fragile. Mais c'est ce lien qui aidera cette famille à tenir bon. Cette force encore mais destructrice cette fois de la maladie, qui entame physiquement nos personnages mais également moralement. Elle semble grignoter un à un les fils de l'amitié... Paulot si entouré avant et au service des autres, se retrouve desespérément seul.

Merci à PriceMinister et aux Matchs de la Rentrée Littéraire!

#MRL2016