Maria Ernestam

 

9782847202021Le jour de ses 56 ans, Eva reçoit un carnet vierge de sa petite fille. Elle ressent alors le besoin d'écrire. Tous les soirs, dans l'intimité de sa maison, avec pour seule compagnie un verre de vin et ses roses qu'elle affectionne tant, elle va écrire son enfance, ses souffrances face à une mère qui ne l'a jamais aimée et son désir de vengeance si fort qu'il la poussera à l'irréparable.

Tout le roman parle de cette relation difficile et conflictuelle avec la mère d'Eva. Dès ses premiers jours, sa mère aura une attitude destructrice envers sa fille. Face à elle Eva va développer une sorte de carapace pour se protéger de ses agressions. Imaginative et manipulatrice, ses plans vont se transformer petit à petit en actes diaboliques.

Evidemment Eva secoue notre bonne conscience, et sa froideur fait froid dans le dos, mais celle ci prend le temps d'installer son histoire et de nous expliquer les raisons d'un tel comportement.  Au final nous sommes touchés par cette jeune fille qui essaie de se construire une vie face à une mère haineuse et un père effacé. Bien sûr nous ressortons de cette lecture troublés, mais en même temps fascinés et touchés par Véra. L'auteur voit juste et peint avec justesse les relations difficiles et les sentiments paradoxaux entre deux êtres supposés s'aimer et le lecteur oscille entre compassion et condamnation.

RL2011bChallenge 1% rentrée littéraire de Hérisson: 7/7